AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 JOEY → wicked wicked wonderland

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 2:28


JOEL ANTHONY LEWIS
“I've been thinking bout wrong, I've been thinking bout right, I just wanna thrive, I don't wanna fight”


origines, nationalité - américaine à cent pour cent, de ce qu'il en sait, après c'est pas non plus comme s'il connaissait son arbre généalogique sur le bout des doigts, et au fond, il s'en fiche un peu ; âge, date de naissance - vingt-trois ans, né le 25 avril 1991 à New-York City, baby ; études, job, occupation - étudiant en journalisme, des études qui ne l'intéresse point mais qu'il continue malgré tout pour faire plaisir à tout le monde, pour avoir un véritable diplôme en poche et un semblant d'avenir, comme ils disent. Et puis, le statut d'étudiant, au fond, ça lui plaît bien, il trouve ça cool. Sa véritable ambition est de devenir DJ, et quand ses potes organisent une soirée, c'est lui qui s'y colle. Mais pour acheter son matos, il lui a fallut un taff, qu'il a d'ailleurs gardé par nécessité, pour payer son loyer notamment. Du coup, il est barman le soir venu. ; statut social, sexualité - libre, les relations de couple, ce n'est vraiment pas sa came. Il a déjà essayé et ça n'a pas marché parce qu'il ne voyait pas la chose de la même manière que ses copines du lycée, alors bon... A choisir, il préfère conserver sa liberté, ce besoin de sortir, de voir du monde, de s'amuser. Ceci dit, il est totalement hétéro. ; statut monétaire - il s'en sort comme il peut, c'est pas facile tous les jours, surtout qu'il vit seul mais que son appartement est un véritable squat, alors bonjour les factures et les dépenses. ; religion, croyances, parti politique - toutes ces conneries ça le dépasse. Quand on voit dans quel état est le monde, il estime qu'il n'y a pas vraiment lieu de croire en une divinité quelconque, et si elle existe vraiment, elle doit avoir bien honte, mais ça, c'est pas son problème à lui. La religion et la politique, ça lui passe au-dessus, ça change pas sa vie. ; traits de caractère - Indépendant, il n’a plus besoin de papa maman ou de ses sœurs aînées quand il est dans la merde. Arrogant, un peu contre son grès, c’est certaines de ses expressions qui donnent cette impression. Fêtard, il vit au jour le jour et ne se projette absolument pas, il aime faire la fête et le monde de la nuit, ne changerait ça pour rien au monde. Dans la déconne, il ne se prend jamais au sérieux et déteste les gens qui le font, il vit pour s’amuser et profiter de toute façon. Exigeant dans certains cas, surtout quand ça concerne le squattage de son appartement, il ne transige pas à ses propres règles facilement. Hyperactif, il ne s’arrête quasiment pas, ne dort que très peu, et adore tester de nouvelles activités, faire de nouvelles choses. Sociable, Joel ne supporte pas la solitude et même si ça le gonfle de voir autant de monde chez lui, au fond, ça le rassure. Insouciant, les responsabilités, les projets, ce n’est pas vraiment sa tasse de thé, tout comme ce qui engendre une certaine implication. Respectueux, malgré son image de coureur de jupon au tableau de chasse à n’en plus finir –ce qui n’est pas le cas- il respecte les femmes et ne supporte pas d’assister au contraire. Indomptable, il n’en fait qu’à sa tête, n’écoute personne s’il n’en a pas envie, et estime être le seul maître à bord concernant sa destinée. ; groupe - woods ? en fait j'en sais trop rien    ;


People get bored and then they do reckless things. It’s how the world works.
01 ϟ VOISINAGE; Joel, c’est le genre de mec qui se mêle pas de la vie de ses voisins volontairement, mais quand il entend une dispute à l’étage inférieur, ou qu’il assiste à une scène, on va pas se mentir, ça le divertit bien quand même. Ceci dit, il l’ouvre pas, il fait comme s’il n’était pas là et tout ce qu’il peut pour se faire oublier pour la simple et bonne raison qu’il est loin d’être le voisin modèle. Il faut dire ce qui est, avec sa bande de potes qui squatte chez lui tous les soirs pour jouer à la console, bouffer des pizzas, vider son frigo, se préparer pour sortir, ou se taper un film sur son canapé, il y a souvent du bruit, et Joey ne compte plus vraiment le nombre de petits mots qu’il a déjà reçu concernant cette problématique. Mais bon, avec sa gueule d’ange et son sourire malicieux, les demoiselles de l’immeuble ne lui en veulent pas longtemps. Bon, leurs mecs, ça, c’est une autre histoire. Puis si Joey peut éviter que ses voisins appellent les flics pour tapage nocturne et compagnie, il le fait bien volontiers, en leur promettant de leur rendre un service le lendemain, si besoin est. Parce que les flics, il a déjà pas mal squatté chez eux pour la nuit, sans lendemain heureusement, mais à force, sa sœur en a ras-le-bol de lui accorder ce genre de faveur, et Joey sait que de toute façon, ça ne va plus durer longtemps. Alors il essaye de se tenir à carreau, et quand ça dégénère, il congédie tout le monde. 02 ϟ NYC; Il est né ici, pourquoi vouloir partir ? Et puis, faut dire ce qui est, naître dans la ville qui ne dort jamais, ça a dû vachement influencer sa personnalité, parce que Joel vit New-York. Il profite, il s’amuse, il se divertit sans penser à demain, profite de l’instant présent, et savoure chaque instant du monde de la nuit. Il estime que c’est bien en période nocturne qu’on en apprend le plus sur les autres qui nous entoure. En fin de compte, la ville lui correspond, ou l’inverse, et même s’il adore prendre des vacances dans des destinations paradisiaques après avoir trimé pour mettre cet argent de côté, en aucun cas il n’aimerait vivre ailleurs. NYC c’est sa maison, sa grande maison. 03 ϟ ANECDOTES; (1) cinq heures et demi du matin. Ce n’était qu’à cet instant que Joel rentrait chez lui, accompagné d’un de ses potes, tellement torché qu’il était incapable de se souvenir où il habitait. Bon, il fallait dire ce qui était, Joey n’était pas dans un meilleur état, puisque, lui non plus ne se souvenait plus. Dans une demie heure, il allait devoir se lever pour se préparer à aller en cours et affronter un partiel. Si d’ordinaire, ça ne lui posait pas de problème de dormir très peu, là, ça le faisait quand même bien chier. Laissant à son pote le loisir de s’avachir sur le canapé, le jeune homme filait droit vers sa chambre et se laissait tomber comme une crêpe sur son lit, les yeux déjà clos, épuisé par cette nuit d’excès. Grimace sur le visage, il sentit quelque chose lui lécher la joue. Mais depuis quand y avait-il un chien chez lui ? Son réveil matin retentit alors, et d’un geste mécanique, Joey l’éteignit sans pour autant ouvrir les yeux. Est-ce qu’il avait joué un remake de Very Bad Trip et avait réussi à embarquer un chien sorti de nulle part ? Et voilà que ça recommençait. Grognant, il se dégagea et repoussa cette chose à la langue dégelasse qui lui avait mouillé la joue. Réveil on ne peut plus difficile pour Joey qui peinait à ouvrir les yeux avant de finalement voir la silhouette de son ami devant lui, complètement floutée. « Mais quel crado, t’es complètement barjot. » râla-t-il en se redressant pour pousser son pote de son pieu et le voir terminer mort de rire, les quatre fers en l’air sur le sol. « Faut te faire soigner. » Pour se la jouer canidé à six heures du matin, ça, c’était clair. Mais son pote n’avait tout bonnement pas décuvé. Ceci dit, ça restait dégelasse, et inutile de préciser que Joey avait rapidement filé dans la salle de bain pour se laver la joue. (2) Huit heures trente, heure du petit-déjeuner. Et comme tous les jours, il n’était pas seul. La veille, il avait hébergé l’ami d’un ami. Bon, ok, il ne le connaissait pas mais il avait accepté et respecté les règles. Et puis, le type n’avait eu aucun endroit pour dormir, alors pourquoi pas pieuter sur son canapé qui n’avait aucune utilité ? Rendre un petit service, ce n’était pas si mal, et ça lui permettait de ne pas être seul. Préparant son smoothie quotidien, Joey sentit le regard du type sur lui, l’air perplexe. « Quoi ? Tu connais pas les vertus des fruits ? » « C’est pas un truc de nana, ça ? » Haussant les épaules, le jeune homme continuait sa besogne. « C’est super bon, le reste on s’en fout. » Et puis au moins, ça lui donnait la patate. Une fois le smoothie prêt, il l’apporta sur la table basse du salon avec son bol de céréales. L’autre semblait avoir des manières un peu rustres, puisqu’après avoir lorgné son bol quelques instants, il esquissa un mouvement dans sa direction. Immédiatement après, le type reçu une tape sur la main, qu’il retira aussitôt. « Joey doesn’t share food. » dit-il alors, volant la réplique à sa série préférée. « Y en a là-bas, t’as qu’à aller te servir, t’es assez grand. » Et si le jeune homme avait adopté le surnom du personnage de Joseph Tribbiani dans la série, il se comportait exactement de la même façon que lui au sujet de la bouffe. Pour lui, c’était sacré. N’empêche que le type avait reconnu la référence, et s’était mis à rire avant de se lever. Au moins, ça faisait rire les autres, et lui avec. 04 ϟ FRIGO, LIT, DRESSING, COURRIEL; Dans son frigo, actuellement pas grand-chose. C’est pas ses potes qui feront les courses, faut pas rêver, ils vivent pas chez lui. C’est donc à lui de s’y coller, et il doit avouer qu’il ne mange pas la moitié de ce qui s’y trouve d’habitude. Mais là, il doit sûrement rester un bout de sandwich qu’il dévorera avec des chips. Sous son lit ? Sans doute un tas de vieilles fringues qu’il a porté il ne sait plus trop quand, et qui a fini là au lieu de prendre le chemin du bac à linge. Puis sans doute une ou deux vieilles revues coquines. Et pour sûr, quelques affaires qui ne lui appartiennent pas. N’allez pas chercher comment elles sont arrivées là, Joey ne veut même pas le savoir. Dans son dressing ? Un tas de fringues, de plusieurs styles différents, des trucs qui lui plaisent et qu’il peut mixer ensemble. Mais son armoire a une petite particularité, c’est qu’elle n’est rangée que d’un côté. Celui qu’il réserve aux vêtements qu’il porte pour aller en soirée. C’est le côté sacré, en somme, celui qui est propre, repassé, carré. Et de l’autre côté, c’est un peu Bagdad. Faudrait qu’il s’organise ça un peu mieux, mais au fond, c’est juste des fringues pour trainer, alors il s’en fout. Dans sa boîte aux lettres doit se trouver une ou deux réclamations de ses voisins, des factures, pour sûr, et des pubs. C’est étrange d’ailleurs, parce que Joey adore regarder les pubs, sans qu’il puisse expliquer le pourquoi du comment. C’est pas comme si ce nouveau détergeant l’intéressait… Ou qu’il comptait acheter un cahier Dora l’exploratrice. Mais ça le fait marrer, parfois, de s’imaginer que quelque part, il y a quelqu’un qui projette de claquer sa thune dans tel ou tel article. 05 ϟ LOTO; la toute première réaction de Joey serait sans doute de rire, en pensant à une blague. Franchement, c’est pas prêt d’arriver, tout ça. Et puis bon, ce serait un sacré coup de chance, et il n’en a pas. A part peut-être au poker, quoi qu’il ne s’agisse pas vraiment de chance mais d’observation et, mine de rien, de stratégie. Ensuite, il fixerait sûrement le ticket, en vérifiant cinq fois les chiffres, jusqu’à en voir d’autre et nier qu’il a gagné. Puis bon, pour gagner au loto, faut déjà y jouer, et claquer son argent là-dedans ne fait pas vraiment partie de ses projets. Il a d’autres raisons de dépenser, inutile d’en rajouter une quand on a si peu de chance d’être le grand gagnant.


pseudo, prénom - burning candles, alias Anne-So ; âge - twenty two ; comment avez-vous connu le forum ? - Bazzart ; pays, fuseau horaire: - France ; présence - 5/7 histoire de me laisser une marge de manoeuvre en cas de flémingite aiguë ; crédits - tumblr ; dédicace, petit mot - ouais, c'est normal de débarquer à 2h30 du matin un dimanche soir, tout va bien ! ; scénario ? - nope ; avatar - francisco lachowski ;


Dernière édition par Joel Lewis le Mar 6 Jan - 11:59, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 2:29

- We mature with the damage, not with the years.
« Bordel, Joel, mais quand est-ce que tu comptes te réveiller un peu ? » Passant ses doigts sur ses tempes, la voix de la plus âgée de ses sœurs lui donnait déjà mal au crâne. Réunion de famille, génial ! Il adorait ça ! Percevez bien évidemment l’ironie. « Tu te rends compte que tu vas finir par attirer des ennuis à tout le monde ? » Relevant la tête, il regardait sa sœur perplexe. Des ennuis ? La bonne blague. Elle avait sa petite vie bien rodée, elle ne risquait rien. Et puis bon, fallait pas pousser le bouchon non plus, il était loin d’être un délinquant et de nuire à la société. Il nuisait seulement au sommeil de ses voisins, et il se démerdait comme il pouvait pour atténuer la chose. Au moins, il prenait la peine, mais ça, elle s’en foutait. « M’appelle pas Joel, je déteste ça. » Les yeux ronds de sa sœur suffirent à le faire soupirer d’ennui. Il savait très bien ce qu’elle allait lui dire et connaissait déjà l’intégralité de la discussion. C’était toujours comme ça, elle n’écoutait pas son point de vue, jamais. Parce qu’elle pensait avoir raison. Mais au final, elle avait tort. Joey était bien plus heureux qu’elle. Il avait un boulot, un appartement, et était tout aussi indépendant qu’elle. Seulement, il ne s’embarrassait pas d’horaires lourds, d’une routine qui n’en finissait plus, d’un mariage loin d’être heureux. Lui, il profitait, il croquait la vie à pleine dent pour ne pas avoir de regret si elle devait se finir le jour même. « C’est pourtant comme ça que tu t’appelles, aux dernières nouvelles. » Baillant à s’en décrocher la mâchoire, il ne se gênait pas pour lui faire comprendre qu’elle l’emmerdait royalement. « Faut que t’arrêtes tes conneries, que tu grandisses. Tu t’appelles Joel, pas Joey ou Tony comme tu aimes te faire appeler. » Ah bah tiens, ça, il ne s’y était pas attendu. Sa frangine changeait légèrement de discours, même si elle allait bien évidemment en venir au même point. Il ne fallait pas trop rêver non plus. « La vie, c’est pas ça. Tu sors tous les soirs quand tu bosses pas. Et ton boulot, c’est quoi ? Barman dans une boîte de nuit ! C’est bien beau de profiter de sa jeunesse, mais il y a un moment où il faut se poser, ouvrir les yeux et se rendre compte qu’on ira pas loin comme ça. » Et voilà, il aurait dû parier. Elle recommençait son discours moralisateur sur son mode de vie, mais comme toujours, elle ne lui laisserait pas la chance de lui expliquer ce qu’elle ratait, elle, à s’enfermer dans le moule que la société avait créé pour elle. « Et alors ? J’ai un boulot, je poursuis mes études, j’ai un appart et je paye mes factures. C’est pas assez honnête pour toi ? » Oui, parce qu’en plus, il arrivait à gérer son boulot, ses sorties et ses études, ce n’était pas aussi simple que ce qu’on pouvait imaginer. « En quoi c’est saint ? » demanda-t-elle les yeux écarquillés comme si elle avait vu un fantôme derrière lui. Ce fut plus fort que lui, le jeune homme se retourna avant de fixer à nouveau sa sœur, l’air perplexe. « T’as vu un revenant ou quoi ? » Vu l’air blasé de sa frangine, elle ne semblait pas trouver ça drôle du tout. « J’vais te dire que c’est plus saint que la vie que tu mènes toi. Je vis vraiment, contrairement à toi. Je profite, je m’amuse, et si je clamse ce soir, j’aurais aucun regret. Est-ce que c’est ton cas ? » Bien sûr que non, mais elle ne l’avouerait jamais. Elle avait bien trop de fierté. Ceci dit, la remarque de Joey semblait l’avoir énervée. Tournant la tête, il jeta un regard à sa cadette, cherchant son appui qu’il n’aurait bien évidemment pas. D’une part, parce qu’elle ne se mouillait jamais à leurs disputes, et d’autre part parce qu’elle était flic et qu’elle avait dû demander plus d’une faveur pour que les plaintes contre Joey soient évincées et que ses collègues ferment les yeux à ce sujet. Autrement dit, il était seul contre ses sœurs. Gonflant les joues et soufflant bruyamment l’air à l’intérieur, il fit interrompre sa sœur dans son discours qu’il n’avait absolument pas écouté et qui le regardait maintenant l’air incrédule. « C’est bon ? T’as fini ? Je vais pas changer de mode de vie parce que ça te plaît pas. Je fais rien de mal. Chacun sa vision des choses, c’est tout. » Haussant les épaules il finit par se lever en jetant un autre regard à sa cadette. « Et si ça te fait tellement chier de me couvrir, t’as qu’à arrêter. Maintenant si vous voulez bien m’excuser, j’ai prévu de sortir ce soir. » Sortant de la pièce, il attrapa sa veste, l’enfila et sortit en claquant la porte, de mauvais poil. Initialement, il n’avait rien prévu pour la soirée, s’y prenant toujours au dernier moment pour confirmer quoi que ce soit, mais suite à cette discussion, se changer les idées lui semblait être la meilleure des idées.

S’il y avait bien une chose qui emmerdait royalement Joey, outre les discours moralisateur de la plus âgée des Lewis, c’était bien ses cours de journalisme. Pourquoi cette voie ? Par défaut, pour contenter un peu tout le monde. Le pire, c’était qu’il continuait uniquement dans ce but, pour eux. Mais ça l’ennuyait d’une puissance… A choisir, il aurait préféré être chez lui et s’enfermer dans ce qu’il appelait son studio. Son antre, sa pièce à lui, avec tout son matos de DJ et tous ses rêves. Son travail, ses mix, son ambition. Mais ça encore, personne ne comprenait. Sur le chemin vers son appartement, il ne pouvait cacher sa hâte, certain qu’il larguerait sa bandoulière sur son canapé ou n’importe où dans son appartement avant de s’enfermer à double tour et de bosser ce qui lui plaisait vraiment. Mais ça, c’était avant de découvrir devant sa porte, en l’ouvrant, qu’il avait oublié de fermer à clé. Chose étrange puisqu’il avait la manie de vérifier cela à deux fois. Son matos lui avait coûté cher, et il n’avait aucune envie de prendre un risque inutile. Entrant chez lui, Joey lâcha un soupir en voyant un de ses potes devant la téloche. « Hey Tony, ça va ? » Si certains l’appelaient docilement Joey, d’autres préféraient le surnom de son second prénom, allez savoir pourquoi. Mais dans les deux cas, c’était toujours mieux que son véritable prénom. « Putain mais qu’est-ce que tu fous là ? J’t’ai dit quoi au sujet de la clé ? » Ca ne le dérangeait pas vraiment d’avoir de la visite, mais ce qui l’emmerdait c’était de découvrir qu’on avait squatté chez lui quand lui n’était pas là, le tout derrière son dos. « Pour les urgences uniquement, je sais. Mais, c’était une urgence. » Perplexe, le jeune homme regardait son ami avant de prendre la parole. « Une urgence hein ? Tu te foutrais pas un peu de ma gueule ? » Quelle excuse bidon allait-il lui sortir cette fois ? Le jeune homme n’essaya même pas de deviner, vu l’imagination de son pote, c’était peine perdue. « Non, sérieusement. Je t’ai attendu pendant trois heures, mais au bout d’un moment… bah j’devais pisser. » Cette fois, Joey ne put s’empêcher d’éclater de rire. Il imaginait tellement la situation… Heureusement qu’il avait eu la décence d’utiliser la clé et de ne pas pisser dans le couloir. « Tu bosses ce soir ? » Larguant sa bandoulière dans un coin, il sauta par-dessus le canapé avant de s’y installer. « Nope, mais ce soir on sort. » Il venait de le décider. Comme toujours, sur le tard, quand ça lui chantait. Et vu combien les cours lui avaient pris le chou, son choix avait été vite fait. Après avoir glandé en jouant à la console, prévenu d’autres amis, commandé des pizzas, et s’être préparé, il était grand temps d’y aller. « Ouuuh, beau gosse ce soir Joey ! » Un rire lui échappa alors. Ce n’était pas comme s’il ne s’apprêtait jamais quand il sortait. Et chaque soir, la remarque tombait. Pourtant, ça le faisait toujours marrer de voir l’air presque ahuri de ses potes. « T’as pas l’intention de rentrer seul toi. » Chez lui ? Et puis quoi encore. Rares étaient les filles qu’il invitait, même pour une nuit. Pour leur montrer qu’il vivait dans un hôtel avec des squatteurs profitant de sa bouffe et de son électricité ? La bonne blague. Haussant les épaules, il ne prit pas la peine de répondre pour la simple et bonne raison qu’il n’en savait rien. S’il sortait et s’amusait, ce n’était pas pour finir dans les draps d’une belle demoiselle. Juste pour profiter de sa soirée. Oh bien sûr, il irait sûrement en côtoyer plus d’une, et finirait par en embrasser plusieurs, mais ça n’irait sans doute pas plus loin ce soir. Au fond, son tableau de chasse n’était pas si impressionnant que celui qu’on lui prêtait. Mais comme bien souvent, et comme ses sœurs par exemple, les gens jugeaient de prime abord en fonction de leurs propres idées et convictions. Pour beaucoup, un mec qui sortait faire la fête tous les soirs et appréciait rencontrer de nouvelles têtes, discuter avec des filles ou ce genre de chose, finissait inévitablement dans leur lit et collectionnait donc les conquêtes. Mais Joey s’en moquait, parce que ça ne changeait pas sa vie, alors à quoi bon ?

Ce soir-là, l’ambiance était au beau fixe. La musique battait son plein, les gens affluaient vers le bar et semblaient satisfaits de leur soirée. Tant mieux. C’était peut-être stupide, mais pour le gros fêtard qu’il était, ça lui faisait plaisir. Disons qu’il aimait voir la bonne humeur régner. Qu’il bossait comme ce soir ou non. En fait, Joey aimait mettre l’ambiance, aller vers les autres et danser avec eux, de façon complètement stupide parfois. Il savait que la vie était bien assez moche à l’extérieur, et que bon nombre des gens ici avaient de sérieux problèmes personnels, peu importe lesquels. Lui, n’avait pas à se plaindre. Aucun drame n’avait traversé son chemin. Il avait été éduqué convenablement, s’était épanoui, avait grandi entouré de sa famille, n’avait pas vécu de tragédie. C’était un jeune homme lambda, en fait. La seule chose qui caractérisait sa vie c’était cette incompréhension de sa famille suite à son mode de vie, et même ses parents s’y étaient mis. En fait, ils s’étaient contentés de fermer les yeux au début, se disant que ça lui passerait. Mais non. Ils ne comprenaient tout bonnement pas que le monde de la nuit l’attirait, qu’il aimait ça, cette ambiance, cette envie de tout oublier. Quand il se baladait dans les rues de NYC en plein jour, ce qu’il voyait ne lui plaisait pas. Les gens tiraient la gueule, étaient fatigués, épuisés par leur boulot, leur vie de famille, leurs petits soucis personnels. Ils ne prenaient le temps de rien, se contentaient de cette routine qu’était devenue leur vie. Et ça, ça lui échappait complètement. Quel mal y avait-il à ne pas vouloir d’un tel avenir ? Il croquait la vie à pleine dent, tout en étant indépendant. Bien évidemment, les mots projets et limites ne faisaient pas partie de son vocabulaire, et Joey était du genre à accepter le moindre défi ou pari, juste pour le fun, mais il ne voyait pas en quoi c’était problématique. Au moins, lui, ne se plaignait pas de sa vie. Parce qu’il l’aimait assez en fin de compte. Servant leurs cocktails aux clients, le jeune homme se demandait parfois ce qu’ils essayaient d’oublier, ou quel événement ils fêtaient. Mais ces pensées disparaissaient bien vite, souvent suite à l’enchaînement des musiques qui le faisait redescendre sur terre. La musique, qu’est-ce qu’il aimait ça. La voix de Holly le fit sortir complètement de sa rêverie et le fit stopper son mouvement de tête en rythme avec la musique. Rapidement, il lui préparait la commande tandis qu’il la fixait, sourire aux lèvres. « Tu fais quoi après le boulot ? » Petit air semi angélique sur le visage, sa question voulait tout dire. Et puis, ils fonctionnaient comme ça avec Holly. Ils étaient collègues, terminaient de temps en temps leur soirée ensemble, mais étaient surtout de bons potes. Ils se comprenaient sur certains points, notamment les relations. Ça faisait toujours plaisir de trouver quelqu’un qui pensait comme soi. En plus d’être jolie, Holly était cool. Ceci dit, elle avait tout à fait le droit de décliner sa proposition si elle n’en avait pas envie, il ne lui en tiendrait pas rigueur. Après tout, elle avait peut-être quelque chose d’autre de prévu, ou tout simplement pas envie. Ça ne changerait rien.

« Hey, ça te dirait pas de bouger ton joli p’tit cul et de me ramener une bière ? » Joey ne tourna même pas la tête vers son pote en train de parler à sa copine avant que celle-ci ne se lève et qu’il lui assène une tape sur le postérieur. C’était le genre de truc qui l’énervait profondément. « Et plus vite que ça, chérie. » Il en rajoutait une couche, en plus. Le jeune homme ne quittait pas l’écran des yeux, concentré dans sa partie de Call of Duty. S’il pouvait au moins lui foutre une raclée au jeu avant que son remplacement ne se termine et que l'autre ne revienne des chiottes, ça lui ferait les pieds. Sérieusement, ça le dépassait qu’il traite sa nana comme ça. Et pourtant, Joel était loin d’être un expert en relation. Des sérieuses, il n’en comptait que deux datant du lycée. Et c’était lui qui avait merdé parce qu’il ne voyait pas la relation du même œil que ses copines de l’époque. En fin de compte, c’était tout simplement pas pour lui, ça demandait trop de responsabilité, de projets, de stabilité, tout ce qu’il n’était pas, lui qui tenait à sa liberté, à pouvoir s’amuser, à parler avec des filles sans rendre de compte à personne. Pourtant, ça l’horripilait de voir son ami traiter la demoiselle de la sorte, comme une bonniche. Et encore, parfois, c’était pire. Il l’avait déjà insulté de tous les noms devant tout le monde, se donnant en spectacle sans raison pour un oui ou pour un non, dans l’unique but de la rabaisser. Ca, le jeune homme ne pigeait vraiment pas. Et puis, elle était jolie d’abord, et elle avait un petit quelque chose en plus. Ouais, bon, d’accord, il n’était pas totalement insensible à son charme. Mais elle était prise, et avec un de ses amis en plus. Pour sûr, il n’allait rien tenter. Il avait encore des valeurs, et de toute façon, ça ne mènerait nulle part. Sauf dans un lit, youhou, la grande affaire. « Joey ? Y a plus de bière au frais. » La voix de la demoiselle retentit et un regard en direction de son pote lui confirmait qu’il allait l’ouvrir, mais pas question de l’entendre se comporter comme ça une nouvelle fois, aussi le brun tendit le bras et plaqua la manette contre son torse, lui signifiant de continuer la partie à sa place. Se levant rapidement, il fila dans la cuisine avant d’ouvrir un placard et d’en sortir un pack de bière qu’il ouvrit. Haussant les épaules sans la regarder et sans lui adresser la parole, il en sortit une de côté, l’air de dire qu’il n’aurait qu’à la boire chaude ou attendre qu’elle ait refroidit. Après tout, s’il n’était pas foutu de prévenir qu’il avait pris la dernière, c’était son problème, pas le sien. « Merci. » Le jeune homme évitait soigneusement la demoiselle et se comportait en réalité comme si elle n’était pas là. C’était plus simple pour tout le monde de la sorte. Ça lui évitait à lui d’être obnubilé par elle, de la vouloir à tout prix, et à elle d’avoir le cœur inévitablement brisé si elle devait s’enticher de lui. Alors oui, le moins il avait de contact avec elle, le mieux c’était. Même pour son pote, comme ça, ça ne partirait pas en cacahuète. « Je t’en prie. » se contenta-t-il de lui répondre en plaçant une à une les bouteilles au frais. Les seules fois où il daignait lui parler, c’était quand elle lui adressait elle la parole. Et encore, il lui avait fallu un sacré moment pour arrêter de l’ignorer totalement. De longs mois. Six ? Sept ? Huit ? En fait, il n’en savait rien, et ça ne changeait pas grand-chose à cette impression d’éternité, alors à quoi bon s’attarder sur le chiffre exact ? « Tu m’aimes pas beaucoup. » Ce n’était pas une question mais une affirmation. Joey était conscient qu’il lui donnait cette impression, même si la réalité était tout autre. Il lui tournait le dos, mais la grimace fut plus forte que lui à cet instant. Heureusement qu’elle ne la vit pas. « Non, c’est pas ça. » Le strict minimum, jamais un mot de trop pour lui répondre. Parfois, il lui arrivait même de rester silencieux pendant de longues minutes tandis qu’il soupesait ses mots, qu’il réfléchissait à la tournure la plus courte. Comme quoi, ses études de journalisme l’aidaient quand même pour faire dans le concis. « Alors c’est quoi ? » Et chaque fois, elle avait attendu patiemment sa réponse, sans rouvrir la bouche, sans se montrer impatiente. C’était le genre de fille à accepter trop de choses de la part des autres, à leur laisser passer beaucoup. Mais pourquoi ? Ça, il ne pigeait vraiment pas. « J’te comprends pas. C’est tout. » Refermant le frigo, le jeune homme sentait son regard perplexe dans son dos. Sans doute allait-elle poser une nouvelle question, à laquelle il serait plus dur de répondre cette fois-ci. Parce que, clairement, il y avait des choses qu’il valait mieux garder pour soi. « D’accord. » Un peu surpris, il tourna la tête vers elle tandis qu’elle s’emparait de la bière qu’il avait laissé de côté, et se dirigeait déjà vers le salon pour l’apporter à son petit-ami, qui ne manquerait pas de l’engueuler, évidemment.


Dernière édition par Joel Lewis le Mar 6 Jan - 12:12, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 2:42

bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 2:47

Merci bien I love you
Jamie, et ce choix de métier quoi I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 2:49

Francisco
Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 2:51

Merci beaucoup I love you Palmer est canon aussi
C'est une première, mais il me faisait trop de l'oeil avec sa belle gueule
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 3:01

francisco, ce beau goss
bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 3:10

francisco
bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 3:32

Bienvenue. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 11:56

qu'il est beau lui
vu leurs points communs, je viendrais exiger un lien un de ces jours
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 12:40

Merci beaucoup vous tous, vous avez des avatars et des pseudos canons
Holly (que j'aime ce prénom ) avec plaisir pour le lien
Si jamais t'as une idée avant que j'ai terminé ma fiche, hésites pas à me mpotter ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 13:37

omg, francisco...
Bon choix d'avatar, bienvenue et bon courage pour ta fiche j'ai hâte de lire ça :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 13:42

francisco.
ahem, bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 16:22

Vous êtes canons aussi Réservez-moi pleins de liens super cools
Et merci, évidemment I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 18:36

francisco.
bienvenue parmi nous et bonne chance pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 19:40

Merci bien mademoiselle I love you
Revenir en haut Aller en bas
Admin
fostered alike by beauty and fear. ϟ
avatar

➢ ASSIDUITÉ : 171
➢ CRÉDITS : av/outlines
➢ AVATAR : sam claflin

AFTERNOON DELIGHT
MAKE YOU FEEL MY LOVE:

MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 20:38

je suis sous le charme de francisco depuis quelques temps seulement, avant je ne sais pas pourquoi, je ne l'appréciais pas mais en fait, c'est une petite merveille, il faut l'avouer !
je plussoie le titre, le pseudo et ce début de fiche qui donne déjà l'envie d'en savoir plus sur joey ! I love you
bienvenue parmi nous bel homme, amuse toi bien parmi nous surtout et si jamais tu as un soucis, ma boite mp t'es grande ouverte

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
“Just remember when you're ignoring her, you're teaching her to live without you.”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 21:21

Merci beaucoup I love you
J'vais te dire un secret, quand il était arrivé sur les forums, je l'aimais pas trop non plus, sans argument valable, ni argument tout court xD Et puis... bah sa belle gueule d'ange a eu raison de moi C'te logique quand même
J'vais m'activer ce soir pour continuer ma fiche et rassasier ta curiosité I love you
Revenir en haut Aller en bas
Admin
fostered alike by beauty and fear. ϟ
avatar

➢ ASSIDUITÉ : 171
➢ CRÉDITS : av/outlines
➢ AVATAR : sam claflin

AFTERNOON DELIGHT
MAKE YOU FEEL MY LOVE:

MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 21:33

et bien tu vas rire, mais c'était la même chose de mon côté puis un jour je suis tombée sur son instagram à lui, à sa femme et hop, j'en suis tombée sous le charme I love you I love you
han, trop bien

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
“Just remember when you're ignoring her, you're teaching her to live without you.”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Lun 5 Jan - 21:56

Ah bah voilà ! Donc on se comprend parfaitement
J'avoue qu'en faisant un tour sur son instagram, on ne peut que craquer
Revenir en haut Aller en bas
Admin
fostered alike by beauty and fear. ϟ
avatar

➢ ASSIDUITÉ : 171
➢ CRÉDITS : av/outlines
➢ AVATAR : sam claflin

AFTERNOON DELIGHT
MAKE YOU FEEL MY LOVE:

MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Mar 6 Jan - 22:02

et bien, quel personnage ce joey ! il sait ce qu'il veut, ça c'est clair et j'aime beaucoup ta plume, elle est très facile à lire, ça coule tout seul I love you je te valide avec plaisir et hâte d'en lire plus sur lui et son évolution

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
“Just remember when you're ignoring her, you're teaching her to live without you.”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   Mer 7 Jan - 12:21

Merci beaucoup Cora, ça fait plaisir I love you
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JOEY → wicked wicked wonderland   

Revenir en haut Aller en bas
 
JOEY → wicked wicked wonderland
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wicked Lovely Trilogy by Melissa Marr
» LE SANG DU ROCK (Tome 1) WICKED GAME de Jeri Smith-Ready
» [Melissa Marr]Wicked Lovely, tome 1 : Ne jamais tomber amoureuse
» Wicked Lovely de Melissa Marr
» Savage Flux Goldongold

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
brooklyn heights :: GET UP :: make it to me :: TENERIFE SEA-
Sauter vers: