AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 brain-work

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: brain-work   Ven 2 Jan - 19:17


CAREY MONTAGUE LLOYD
“Oh when I look to the shape of my heart,
It's separated only by scars
That cut in and cut out
Oh and leave me without
Oh a heart that functions at all.


origines, nationalité - origines pudding, trench coat Burberry et parapluie. Anglais, la rose fleurit au fond de son cœur ainsi que quelques principes frelatés. Ses amitiés aux bureaucrates américains, il les aura eu à l'usure et à sa détermination surnaturelle : sa carte verte gît , souveraine, dans une des poches de son porte feuille, dégainée avec célérité pour faire taire les yankees consanguins qui pullulent çà et là. ; âge, date de naissance - vingt-neuf ans au compteur. Date de naissance inconnue du grand public pour des raisons évidentes de discrétion. La discrétion est l'apanage des grands hommes - toutefois s'il vous arrivait de mettre la main sur cette information confidentielle, évitez dans l'excitation du moment de lui offrir un cadeau ou de lui souhaiter son anniversaire, il réagit très mal, Carey, aux marques d'attentions ; études, job, occupation - il pourrait être rentier mais, l'excellente éducation qu'il a reçu et son intelligence l'exhortent à la réussite. Monsieur est depuis quelques années la déception ultime de son paternel. Voyez-vous, lorsque bon nombre de ses anciens camarades n'ont su résister aux sirènes de la City, Carey, lui, a traversé l'atlantique pour se lancer dans le business de la nuit. Depuis quelques années, il encourage la débauche dans son club, le Neon Light - d'ailleurs, ristourne à toute femelle ayant un tour de poitrine plus que généreux, c'est daddy qui offre; statut social, sexualité - il n'a pas besoin d'amour, pas besoin de s’empêtrer dans une relation qui risquerait de borner son quotidien à une autre personne. Il pense à lui, d'abord et ensuite aux autres. Carey est - toutefois- gravement sensible aux courbes voluptueuses, attraction qu'il cachera par une manifeste indolence. Mais, s'il y a bien une chose à laquelle monsieur Lloyd ne résiste jamais, c'est le cynisme, rien n'est plus attirant chez une femme - sauf lorsque ladite femme a plus de cinquante ballets-; statut monétaire - question sans grand intérêt ; religion, croyances, parti politique - musulman-bouddhiste pratiquant, monarchiste, il est avant tout tolérant et, pas mal de monde devrait prendre son exemple. Il résumera sa pensée par une seule remarque dégoulinante de véracité : ce ne sont pas vos oignons; traits de caractère - Il pourrait rire, moins se prendre au sérieux. Il pourrait arrêter d'adorer s'écouter parler, les démonstrations d'intelligence, les monologues dont personne ne veut. Carey, il pourrait se montrer moins consciencieux, moins éthéré, moins révérencieux. Carey Lloyd;, ne serait-ce pas une marque de costumes ? Parce que monsieur, il ne s'en détache pas. Carey, il pourrait se montrer moins antipathique , plus sociable. Carey il pourrait oublier les sarcasmes, les remarques paternalistes. Il pourrait mais, il ne le fait pas. Sur ses épaules pèsent des responsabilités qu'il compte honorer avec patience même s'il craque souvent contre toute attente ( et risque de le faire même plus régulièrement  maintenant que sa frangine Will a débarqué sans crier gare) groupe - Bed;


People get bored and then they do reckless things. It’s how the world works.
01 ϟ VOISINAGE; Carey il vit dans son penthouse , en haut d'une tour dorée flambant neuf à Brooklyn, là où le sol est fait de marbre, où un tapis rouge vous escorte jusque la cage d'ascenseur, où les dorures en deviennent quasiment indécentes. Là, il y a sur le boîtier une merveilleuse lettre P. Appuyez dessus et vous atteindrez les sommets. Carey est celui qui n'était pas au courant de la mort de Monsieur Chesterfield de l'étage d'en dessous, ni même du remariage de Marguerite Valmont du 1er étage. Carey n'est en fait, pas du tout le genre à socialiser avec les autres. Il vit tout la haut, la haut où les étoiles lui servent de lampes de chevet. Il ne se mélange pas, à moins qu'il y ait une obligation, par exemple : une réunion de copropriété présidée par sa charmante personne ( que voulez-vous, le sort en décide parfois ainsi pour son plus grand déplaisir). Ce n'est un secret pour personne dans l'immeuble, il est - ou devrions nous dire était - haï par ce vieux crouton de Chesterfield. Du temps où il se plaignait des soirées arrosées données dans l'appartement du dessus, du bruit incessant du piano jusqu'à pas d'heure. Bon nombre de fois, lui et Carey se sont lancés dans des joutes où des grossièretés étaient crachées pour finir en regards courroucés échangés au détour d'un couloir. C'est avec joie que Carey accueillit la nouvelle de la mort de ce connard, deux mois après fait,  d'ailleurs, bon nombre de bouteilles ont été sabrées au Neon Light ce soir là   02 ϟ NYC; C'est une ville aux innombrables possibilités. Capitaliste qui  s'assume, il ne jure que par l'argent, les fluctuations boursières, l'éventail des possibles. New York, c'est le quartier général des rêves de gloire, des paillettes et ça, c'est quelque chose avec quoi il est très familier. Carey, il utilise sans scrupule les pauvres anges déchus venus se perdre dans cette grande ville, il ramasse les restes de leurs projets calcinés et, leur intime d'aller de l'avant. Le malheur des uns fait le bonheur des autres. 03 ϟ ANECDOTES; Les poings qui se serrent, le regard qui dans le vide se perd un peu plus. L'intérieur de la joue mordu jusqu'au sang, l'impression d'être sur le point d'abandonner une parcelle de son humanité au plus effrayant. Papa Lloyd sur lui, porte un regard impassible, lui qui sur le fait a été pris. Il voit, Carey, la lueur dans ses iris, la satisfaction d'avoir acheté le silence de son fils. La pute , pardon, l'escort de luxe descend les escaliers, du haut de ses talons aiguilles à semelle rouge, elle tangue et arrive, par un moyen qui lui échappe, à ne pas s'écrouler. Elle s'éloigne, le mascara dégouline sur son visage beaucoup trop fardé, il déglutit, Carey, elle n'a  que quelques années de plus que lui. Will et maman Lloyd sont à Monaco, weekend entre filles. Quand les chats ne sont pas là, les souris dansent, pense-t-il, prenant une profonde inspiration mais le goût de bile est là, dans sa gorge qui explose, s'imprègne, il est écœuré. L'éclat de fierté dans ses yeux a disparu remplacé par le plus pur des dégoûts. La confiance s'en est allée, comme la pute, sans jeter un regard en arrière/ L'espace vide qui s'étend, il le regarde intensément, imagine la disposition des pièces, la conviction éclot à l'intérieur de son palpitant en une chaleur qui se propage vive, c'est là, songe-t-il, là qu'il bâtira son empire, là qu'il se fera un nom, là et nulle part ailleurs, envers et contre tous.04 ϟ FRIGO, LIT, DRESSING, COURRIEL; du caviar petrossian, un assortiment de produits Hediard. Contrairement à ce que l'on pourrait penser : son frigo est plein à craqué, son chef cuistot sort tout droit de Ferrandi et lui prépare des plats qui ravissent son palais. 70 mètres carrés remplit de costumes deux pièces, trois pièces, des étendues de sigles au prix scandaleux, des chaussures italiennes, des vêtements casual chic à la mode londonienne. Monsieur est une victime de la mode, dandy qui ne le cache pas. Son lit est un king size - sans grande surprise - fait tous les matins par Maria-Rita. Son appartement est incontestablement rangé de sorte de filer un infarctus aux adeptes de la secte des bordéliques et ravir les allergiques aux acariens. Ses mails sont gérés par un logiciel qui envoie tout ce qui commence par "Hotties" dans la catégories des spams ou tout ce qui provient de l'adresse mail de son père, aussi. L'entente entre les deux hommes étant particulièrement conflictuelle, Carey évite d'avoir à "échanger" plus que des politesses avec ce dernier.   05 ϟ LOTO; " La belle affaire" - être plus riche que riche. Il aime indéniablement l'argent, il ne pourrait imaginer une existence sans pécules où il devrait congédier Maria-Rita la bonne, Consuela ( et sa cuisine qui débouche les sinus), rendre sa carte d'adhérent au club pour hommes, arrêter le golf, les sorties à grand renfort de sa blackcard. S'il gagne au loto, il se paie un rendez-vous avec la plus belle salope du monde et l'oblige à lui faire une dissertation sur un abominable bouquin, juste pour l'ironie qui se dégagerait de la situation. De toute façon, il gagne au loto tous les jours avec ses placements et les belles salopes squattent toujours l'un de ses bras. Son quotidien n'a plus rien de surprenant et ce n'est qu'un euphémisme s'il vient à dire qu'il se fait chier.

Spoiler:
 


Dernière édition par Carey Lloyd le Sam 3 Jan - 19:14, édité 29 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: brain-work   Ven 2 Jan - 19:18





- shape of my heart


« Je me suis endormi c'est ça ? Je me suis endormi ? » - question à la pertinence plus que discutable, à l'évidence, le petit papier collé à sa joue par la bave ayant – malencontreusement – fuité durant son sommeil en est une preuve plus qu'irréfutable. Il se relève, Carey, prit en flagrant délit de squattage de bureau jusque tard – plus tard que les horaires d'ouverture déjà bien tardifs du Neon Light. Il époussette sa chemise froissée, sans grande utilité, le massacre est fait, de toute manière. « Bien, bien » - vocabulaire limité, compte tenu de l'heure, on lui pardonne volontiers. « Tu es sûr que tu ne veux pas un café ou ? ». Un café ? Idée du siècle, oui, pourquoi n'y a-t-il pas pensé plus tôt ? Il pose, Carey, son regard sur son employé, le regard uniquement sortit pour les grandes occasions ( découvertes stupéfiantes, coup de foudre, reconnaissance éternelle pour une suggestion particulièrement bienvenue) : « Volontiers, volontiers ». Note à lui même : arrêter de répéter tout mot qui sort de sa bouche, ça assassine captieusement toute crédibilité. Il déglutit, quelle tête il a ?  Il s'oriente, Carey, discrètement vers la photo de la reine qui orne le mur, il y voit souvent son reflet. Réponse inévitable : une sale tête, voyez-vous, vraiment horrible, vraiment, les mots lui manquent. Le grand brun se passe une main dans les cheveux, pour les discipliner, parce que ses cheveux doivent l'être en toute occasion mais surtout parce que ses cheveux n'ont pas le droit de grève. Pas de bon matin, ni même de bon soir, ni  jamais. S'il y a bien un caractère physique qu'il ne laisse jamais au hasard, c'est bien la tenue de ses tifs. C'est obsessionnel, assez étrange chez un homme mais, il assume. « ... » pourquoi l'imbécile le regarde comme ça ? « j'apprécierai de recevoir ce café avant de mourir d'vieillesse » - souffle-t-il, d'un ton sec. Il n'aurait pas besoin que d'un café, il aurait bien besoin d'une douche, de nouveaux vêtements, de vacances... «  Et surtout » - son téléphone vibre, un numéro s'affiche, un prénom : Pamela - ...de tirer un coup. « bien tassé » il se rassoit, parfaitement conscient d'avoir été ridicule à souhait. Et le pire dans tout ça ? Lorsqu'il pose le regard sur l'étendue de paperasse devant lui, il se rend compte que le marchand de sable l'a pas à la bonne et qu'il s'est endormi avant même d'avoir fait les comptes. Putain de merde, crache-t-il, décidant, dans un caprice de quitter les lieux. Un jour de retard en plus, un jour de retard en moins, à cet instant, c'est décidé, il procrastine. Mais les surprises ne s'arrêtent pas là, les surprises viennent par deux. « Will ? » - grand dieu, pense-t-il, passant une main lasse sur son visage, l'air fatigué, son regard n'a rien de bien charmant à l'instant, il pourrait figurer au musée des horreurs. « Qu'est-ce que tu fais là ? » ça, ça c'est de la question de compète. « N'es-tu pas censée étudier dans ta grande université blablabla ? » - il débute, encore surprit de voir la bouille séraphine de sa sœur, sur le pas de sa porte. Merde, songe-t-il, il va falloir qu'il aille remonter les bretelles du concierge qui est censé monter la garde et ne laisser aucune personne indésirable monter jusqu'à lui. Pas qu'il n'aime pas sa cadette, pas qu'il ne tienne pas un tantinet à elle, pas qu'il veuille simplement être dénué de toute attache, Carey, il déglutit, fermant les paupières puis, les rouvrant pour constater que non, non, non ( c'eut été trop beau), tout ceci n'est pas qu'un mauvais rêve. « Tu comptes me laisser entrer un jour où dois-je planter ma tente ? » - malgré lui, un sourire vient lui choper les lèvres, les étirant de part et d'autre de ses joues, ourlant ses lippes sur des dents scabreuses, c'est le mot. «  Bonne suggestion » crache-t-il, claquant la porte. Deux secondes, trois secondes, quatre secondes, cinq secondes – il rouvre la porte et lui fait signe d'entrer. C'est particulièrement merveilleux, les visites surprises, particulièrement convenant, particulièrement épanouissant – allez savoir comment , ironie mise de côté, aussi -  particulièrement chiant, surtout. « J'imagine que tu es là pour le weekend » débute-t-il, appuyant sur un bouton, Consuela s'affaire dans la cuisine, la sonnerie qui retentit lui fait comprendre qu'il faut ajouter un plat en plus. Mais le regard contrit qu'elle lui lance ne lui dit rien qui vaille. Il sait déjà, Carey, qu'il n'est pas sorti de l'auberge.


Dernière édition par Carey Lloyd le Sam 3 Jan - 20:47, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: brain-work   Ven 2 Jan - 19:23

enlève ce deuxième "ca" à la fin de mon prénom s'il te plait
je suis contente que tu sois venue, j'ai hâte de lire ta fiche, je sais déjà qu'elle sera magnifiquement bien écrite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: brain-work   Ven 2 Jan - 19:36

damn, j'ai cru pendant deux secondes que tellement t'es myro, t'allais pas le vouaaaaaar, tant pis. Tu feras avec  What a Face  What a Face  What a Face hein, sauf si tu rétractes le smiley fist-eur  

alors, là, tu me fais rougir et j'te dis pas d'où  Arrow

merci
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: brain-work   Ven 2 Jan - 19:44

je ne connais pas ton avatar cependant il est plutôt mignon.
bienvenue parmi nous et bonne chance pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
fostered alike by beauty and fear. ϟ
avatar

➢ ASSIDUITÉ : 171
➢ CRÉDITS : av/outlines
➢ AVATAR : sam claflin

AFTERNOON DELIGHT
MAKE YOU FEEL MY LOVE:

MessageSujet: Re: brain-work   Ven 2 Jan - 19:47

ça me fais trop TROP plaisir de te voir ici
comment t’arrive à être toujours aussi parfaite ?
j'étais persuadée que tu viendrais en max, mais tom est canonissime
bienvenue parmi nous, en cas de pépin ou l'envie de papotage, ma boite mp est là, tu le sais I love you
puis je plussoie priscaca, j'ai déjà hâte de lire ta fiche et ta si belle plume I love you

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
“Just remember when you're ignoring her, you're teaching her to live without you.”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: brain-work   Ven 2 Jan - 19:47

Juliet Oaxley a écrit:
je ne connais pas ton avatar cependant il est plutôt mignon.  
t'as pas encore la permission pour ce genre de choses jeune fille. Suspect
je ne connais pas ton avatar non plus, mais j'ai hâte de le découvrir.
bienvenue. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: brain-work   Ven 2 Jan - 19:50

mais pff. je vous boude, m'appelez pas comme ça !
raaah, je suis trop gentille, franchement. vous ne me méritez pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: brain-work   Ven 2 Jan - 20:37

Juliet - plutôt mignon, on est d'accord    cimer

Cora- Anaïs, tmtc, je t'ai dit un jour que si t'ouvrais ton propre fofo, je ramènerai ma fraise    je n'ai qu'une seule parole.
T'asvu ? Irons me va tellement d'habitude, j'suis arrivée trop tard      
oh lala   je ferai une blitzkrieg dans ta boîte qui va coller une honte aux allemands Arrow Arrow Arrow

Connor - zyva, Coraa, ici Roman sur SOG    d'ailleurs, j'peux aussi faire un tour à connieland ou ?       je vais te faire aimer mon avatar, grrR.

Aaron - Prisca, des pluies d'amour sur ta tête    arrête de te voiler la face, on te mérite, tu nous mérites et c'est tout ( j'trouve pas de meilleure réplique, désolée  Arrow )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: brain-work   Ven 2 Jan - 20:42

toi. Toi. TOI ! Toujours !!!!!

Bref. Bienvenue joli môme.

Ta charolaise. 4 ever .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: brain-work   Ven 2 Jan - 20:59

Ma charolaise à le poil long, tss.
Quand est-ce que, tu vas enfin me laisser t'mettre la main au derrière ? - c'est quoi cette barbe ( kit         ) pour.quoi un homme ?

Merci, 4 ever      


Dernière édition par Carey Lloyd le Ven 2 Jan - 21:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
fostered alike by beauty and fear. ϟ
avatar

➢ ASSIDUITÉ : 171
➢ CRÉDITS : av/outlines
➢ AVATAR : sam claflin

AFTERNOON DELIGHT
MAKE YOU FEEL MY LOVE:

MessageSujet: Re: brain-work   Ven 2 Jan - 21:01

pig I love you I love you I love you I love you

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
“Just remember when you're ignoring her, you're teaching her to live without you.”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: brain-work   Ven 2 Jan - 21:04

Carey Lloyd a écrit:
Quand est-ce que, tu vas enfin me laisser d'mettre la main au derrière ? - c'est quoi cette barbe ( kit         ) pour.quoi un homme ?

Arf. Si j'avais su que tu venais, j'me serais rasée tsai...

Je pourrais te retourner la question. Pourquoi toujours un homme ? Peut-être que finalement c'est moi qui devrait te mettre la main aux

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: brain-work   Ven 2 Jan - 21:28

, Cora.

Joshua - Tu peux toujours le faire
t'as vu ? Fais ça vite, ni vu, ni connu
( un homme ça chope plus vite, muhahaha )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: brain-work   Sam 3 Jan - 1:33

Bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: brain-work   Sam 3 Jan - 20:54

gracias
Revenir en haut Aller en bas
Admin
fostered alike by beauty and fear. ϟ
avatar

➢ ASSIDUITÉ : 171
➢ CRÉDITS : av/outlines
➢ AVATAR : sam claflin

AFTERNOON DELIGHT
MAKE YOU FEEL MY LOVE:

MessageSujet: Re: brain-work   Sam 3 Jan - 23:26

je me suis RÉ-GA-LÉE, comme toujours avec toi tu nous as encore pondu un personnage vraiment unique, vraiment top et trop intéressant, je me suis délectée de chaque lignes, de chaque mots et j'ai hâte de retrouver ta plume sur le forum I love you I love you je te valide

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
“Just remember when you're ignoring her, you're teaching her to live without you.”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: brain-work   

Revenir en haut Aller en bas
 
brain-work
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chess at work
» PINUP'S ATTACK OF THE BRAIN MONSTER
» MR. BRAIN [Drama]
» WILD WORK - WONDERWORLD KILLER
» SPB Brain Evolution

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
brooklyn heights :: GET UP :: make it to me :: TENERIFE SEA-
Sauter vers: